Le nègre n'est pas. Pas plus que le Blanc (F. Fanon)

Publié le par MiJak





La conférence de l'ONU contre le racisme qui s'est tenue à Genève s'est vécu dans un climat quelque peu délétère. Au final, une déclaration a été adoptée qui a fini par faire oublier les tensions et le brouhaha médiatique provoqué par le discours incendiaire du président iranien...
Ce texte comporte des lacunes et laisse de nombreuses frustrations. Ce n'est pas un grand texte. Malgrè cela, certains le jugent comme un document solide du point de vue de la lutte antiraciste et pour l'élimination de la discrimination raciale...
Chacun pourra en juger par lui-même !
L'humanité, dit-on, avance à petits pas...

Puisqu'il est question du racisme, cela nous fait mesurer combien il reste de chemin à parcourir pour que prennent corps les perspectives ouvertes il y a 57 ans par Frantz Fanon dans "Peau noire, masques blancs".
Ce texte là était et demeure un texte fort ! Un texte fondamental pour comprendre comment le racisme enferme l'individu dans une identité qu'il n'a pas choisie.

"Je me découvre un jour dans le monde et je me reconnais un seul droit : celui d’exiger de l’autre un comportement humain. Un seul devoir. Celui de ne pas renier ma liberté au travers de mes choix.

Je ne veux pas être la victime de la Ruse d’un monde noir. Ma vie ne doit pas être consacrée à faire le bilan des valeurs nègres. Il n’y a pas de monde blanc, il n’y a pas d’éthique blanche, pas davantage d’intelligence blanche. Il y a de part et d’autre du monde des hommes qui cherchent.

Je ne suis pas prisonnier de l’Histoire. Je ne dois pas y chercher le sens de ma destinée.

Je dois me rappeler à tout instant que le véritable saut consiste à introduire l’invention dans l’existence.

Dans le monde où je m’achemine, je me crée interminablement. […]

Je ne suis pas esclave de l’Esclavage qui déshumanisa mes pères. […]

Le nègre n’est pas. Pas plus que le Blanc.

Tous deux ont à s’écarter des voies inhumaines qui furent celles de leurs ancêtres respectifs afin que naisse une authentique communication. Avant de s'engager dans la voix positive, il y a pour la liberté un effort de désaliénation. Un homme, au début de son existence est toujours congestionné, est noyé dans la contingence. Le malheur de l'homme est d'avoir été enfant.

C'est par un effort de reprise sur soi et de dépouillement, c'est par une tension permanente de leur liberté que les hommes peuvent créer les conditions d'existence idéales d'un monde humain.

Supériorité ? Infériorité ?

Pourquoi tout simplement ne pas essayer de toucher l'autre, de sentir l'autre, de me révéler l'autre ?

Ma liberté ne m'est-elle pas donnée pour édifier le monde du Toi ?

[...] Mon ultime prière :

O mon corps, fais de moi toujours un homme qui interroge !»


(Peau noire, masques blancs, Seuil, 1952, p. 186-188)


Corps aliéné par l'esclavage, corps libéré par la danse, la musique, la poésie... En écho à la parole de Fanon, voir ci-dessous une vidéo du spectacle  "Apporter sa part de soleil".
Il s'agit d'une création danse-vidéo de Claude Aymon (chorégraphe marseillais), pour le centenaire de la naissance de Léopold Sedar SENGHOR et de Joséphine BAKER.
On y découvre entre autre une nouvelle étymologie  du mot "pique-nique"  en lien avec le ta bleau de Manet "Le déjeuner sur l'herbe" !

Apporter sa part de Soleil - Aperçu du spectacle complet - Ma-Tvideo France2
Apporter sa part de Soleil
Une création danse-vidéo de Claude Aymon

Chorégraphe marseillais, Claude Aymon a créé « apporter sa part de soleil » pour commémorer à sa façon, le centenaire de la naissance de Léopold Sedar SENGHOR et de Joséphine BAKER.

La chorégraphie s’articule autour des mots de SENGHOR mais aussi d’autres écrivains caribéens de la négritude comme Aimé CESAIRE ou Guy TIROLIEN.

« Apporter sa part de soleil » se questionne sur la place d'un artiste noir dans la civilisation blanche contemporaine, son rapport avec des ancêtres directs ou plus lointains et les clichés qu'il peut véhiculer au-delà de son identité réelle.

APERCU : Tour d'horizon du spectacle complet en 15 mn

Réalisation : Sylvain Roume


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article