Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mijak Journal de route imaginaire au pays du réel

Mijak Journal de route imaginaire au pays du réel

Voyager à travers poésie, littératures, cultures... pour goûter la diversité des imaginaires, sentir le divers, et surprendre l'intraitable beauté du monde


Dans la nuit prêter l'oreille à la lumière : Alexandre Jollien

Publié par MiJak sur 6 Novembre 2012, 01:20am

Comme quoi, se lever tôt un dimanche matin a parfois du bon ! Ce matin, à 7h, dans son émission "Les racines du ciel" sur France-culture, Frédéric Lenoir recevait Alexandre Jollien. Un sacré bonhomme, que j'avais découvert il y quelques années par une émission TV et par la lecture de son premier ouvrage "Eloge de la faiblesse".  Handicapé suite à un étranglement par cordon ombilical à sa naissance, il a étudié les philosophes, surtout les grecs et Spinoza,  mais aussi d'autres traditions spirituelles ( dont le Zen. Devenu philosophe et écrivain, il trace son chemin d'humanité jour après jour en abreuvant sa soif de vivre à diverses sources... Si sa parole semble lente et saccadée, sa pensée, elle, est d'une clarté exemplaire et d'une étonnante fluidité... 

 

Pour ré-entendre l'émission de ce matin (54 minutes), consacrée à son dernier livre : "Petit traité de l'abandon" : cliquer ici


Plus court (6 minutes et qques) une présentation par Alexandre lui-même dans cette video

 

 

 

 

Ou encore sur sa démarche philosophique, dans l'émission "La grande librairie" à propos de son livre "Le philosophe nu" :

 

 

 

Demeurer dans la joie, c’est sans doute se réveiller le matin avec une question : “Qui, quel geste, quelle action va me rendre joyeux aujourd’hui ?” Cela ne nie pas les difficultés du quotidien. Au contraire, cette attitude nous permet de les affronter. Elle empêche la souffrance d’être le centre de notre vie. Loin de la naïveté, il s’agit d’habituer son regard à voir toute la réalité, le positif comme le négatif, le bien comme le mal. Chaque jour, nous nous imposons des responsabilités, des missions, des devoirs, au premier rang desquels celui d’être heureux.

A mon sens, c’est lorsque l’on renonce à être heureux à tout prix qu’on le devient. Le véritable hédonisme, ce n’est pas renoncer à être heureux, c’est se libérer de la volonté de l’être. Spinoza me sert de guide : “Bien faire et se tenir en joie.” Pour moi, la morale peut tenir dans ces mots. »

 

Sur son site, Alexandre, non sans humour, nous livre quelques-uns de ses secrets de vie qu'il a baptisé "Pharmacopées ".

 

Voici une des dernières  empruntée à Juan de la Cruz :

 

Pharmacopée n°34

Jean de la Croix a dit : « Par une nuit profonde, étant plein d’angoisses et enflamé d’amour – oh l’heureux sort – je sortis sans être vu, tandis que ma demeure était en paix. »

La paix, comme la joie, sont déjà là. En pleine agitation, elles demeurent, elles subsistent au fond du fond. Heureux sort de celui qui sait, sous les bourasques, que la mer reste calme,infiniment paisible. Depuis que je lis Saint Jean de la Croix, je comprends que la nuit n’est pas forcément le lieu du vide, de la peur, de l’inquiétude. Elle peut devenir la douceur même quand elle tombe, doucement, sur tout ce qui m’empêche de voir la vraie lumière.

Dans la nuit, prêter l’oreille à la lumière. Merci Jean de la Croix !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents