Nord poétique

Publié le par MiJak

Nord poétique

Voyageurs égarés dans les brumes
Sur le grand océan glacé
L’amour est ce qui nous reste.

Comme la quille émergée
d’un bateau naufragé,

Nos cœurs s’y agrippent
pour ne pas sombrer

Quelle beauté s’offrira encore
à nos yeux fatigués par
le temps qui passe,
à nos regards blasés par
l’usure du désir ?

Cavalier des mers
qui ne connait
ni port d’attache, ni havre,
sans boussole, ni refuge,
le poète
chevauche la grande houle incertaine

il suit la route des étoiles
et dédaigne les caprices du vent

l’étrave de son navire
fend les ténèbres aquatiques

et fait jaillir en gerbes d’écume
des perles de lumière

Où se donne à voir
la transparence des abîmes

Et l’intraitable beauté
d’un monde en genèse

Mijak, mars 2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article