Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Symphonie de l'hiver

Publié le par MiJak

Pâleur de l'aube
la crinière de brume
du soleil
sème une poignée
de givre
sur l'étendue glacée

graffitis bleutés
sur l'argile blanche
de la plaine
un merle solitaire
a tracé des signes
mystérieux
écriture cunéïforme
syllabes d'un poème
insonore
la symphonie silencieuse
de l'hiver

(Mijak)

photo : Alex Ugalek (photographe biélorusse)

Partager cet article
Repost0

Revêtir le monde

Publié le par MiJak

Chaque matin

revêtir le monde

comme on enfile

une chemise

à même la peau

de l’âme

Elle est introuvable

la membrane invisible

qui sépare et unit

le dehors et l’intime

Partager cet article
Repost0

Sang d'encre

Publié le par MiJak

Sonder la terre

Fouiller l’humus

Traquer le sens

des choses

cachées.


Le sang

craché

des sillons

creusés

à même l’écorce

humaine

inondera

les rues

d’un torrent

de joie

 

(Mijak)

Partager cet article
Repost0

Bouteille à la mer...

Publié le par MiJak

Bouteille à la mer, barque à la dérive sur les grandes eaux, ce journal de route imaginaire est resté abandonné depuis des mois à son sort sur l'océan du web...

Merci à toi, Françoise ! J'ai reçu ton appel d'il y a quelques jours comme une invitation à reprendre la barre, à remettre le cap vers des destinations inédites, explorer des golfes insoupçonnés, s'abandonner à l'appel de ports inconnus, accoster des rivages insolites et embarquer une nouvelle cargaison de mots, d'images et de poèmes.

En ces temps crépusculaires, nous avons besoin de mots pour réveiller en nous le désir de l'aube, nous avons besoin de cette matière solaire qu'est la poésie...

Les rencontres en poésie n'ont pas manqué ces dernières semaines. A commencer par l'inauguration de l'expo VISAGES D’UNE POÉSIE VIVANTE ! de Tanguy Guézo, au Polaris à Corbas, il y a juste un mois, le 5 janvier. Joie de retrouver ces amis que sont Thierry Renard, Mohammed El Amraoui, Stéphane Juranics, sans oublier bien sûr ce cher Denis Pourawa.

Il y a quelques jours, à Vénissieux, Denis, selon la coutume kanak, a transmis le "manu" (étoffe colorée utilisée pour la coutume) à Samira Negrouche. Cette dernière, poète algérienne, prend le relais de Denis pour une résidence littéraire à Vénissieux. Occasion d'apprendre une bonne nouvelle : Denis va venir habiter sur Lyon où il a rencontré l'amour. Un poète de plus pour réchauffer nos coeurs et colorer les murs trop gris de nos existences... Voilà un vrai bonheur à partager !

En cadeau, ce poème de Denis POURAWA :
 

Zhommes

Homme
Je ne suis pas de ce monde
Je suis né pour servir un autre rêve
Je ne trouve pas ma place
Je suis en avance dans un retard
La pensée blanche
Ni la pensée noire
Pas convaincues
Je ne suis pas un homme de race
Je suis né pour vivre un autre rêve
Je ne suis pas de ce monde
Homme 

 

 

 

 

 

Poème extrait de "La tarodière",
Editions "Vents d'ailleurs", 2010,
p. 21

 

Denis Pourawa

Partager cet article
Repost0